Mushi mushi

Une chose m’étonnera toujours quand même c’est l’omniprésence de la nature au cœur même de Tokyo. Ou que l’on aille on les entend et on peut dire qu’ils sont bruyants les mushi locaux ! Ils sortent des sons improbables et c’est vraiment dépaysant..

Par contre il y’en a certains que je voudrais bien pouvoir entendre arriver mais à croire qu’ils ont un silencieux ! Satanés moustiques et je peux l’annoncer après analyse et comparaison ceux d’ici sont des voraces perfides ils n’attendent même pas la nuit pour se jeter sur toi et c’est pas du petit ouvrage j’ai bien l’impression que je vais les garder un bon bout de temps mes énormes boutons tout rouges, ce qui ne serait rien s’ils ne me démangeaient pas autant ! Petite parenthèse, il semblerait que ce soit mondial ce phénomène étrange qui pousserait cet insecte à ne faire des festins que de sang quasi exclusivement féminin !

Dans notre guesthouse il paraitrait que les véritables invités sont les cafards, je ne les ai personnellement pas rencontrés mais un mot de bienvenue était laissé dans la cuisine par un des résidents mentionnant ces visiteurs impromptus. Une chose est sûre, de mon côté j’ai vu un lézard se promener sur le mur de la cuisine et une araignée qui s’est évertuée à jouer à cache cache avec moi et à me sauter dessus (mais vraiment) pendant que je tentais désespérément de faire le ménage dans notre chambre. Feu l’araignée elle m’a attaquée une fois de trop, on aurait pu être amie elle et moi si elle s’était contentée des moustiques.

En parlant de cafard, je crois n’en avoir jamais vu d’aussi gros que dans les rues de Kyoto !

Je vous le dis net la nature ne semble pas avoir abandonnée ses droits dans les grandes villes japonaises et même si je me dis « ouuuaais c’est cool », je n’en suis pas plus rassurée pour autant.

Les commentaires sont fermés.